On finit toujours par payer

Devant Surprenant, par-delà la masse sombre du gros-Cap et les luimières de Havre-Aubert, la lune veillait au milieu des nuages.

Il passa en revue les détails de la scène du chemin Boudreau, le corps nu de la jeune fille, les coquillages répandus sur son ventre, ses mains liées derrière le dos, sa nuque brisée, son attitude de suppliciée. Il s’aperçut qu’il pouvait mettre des mots sur l’impression qu’il avait ressentie sur les lieux du crime.

Le cadavre de Rosalie Richard n’avait pas été abandonné dans ce lieu de façon fortuite. Psychopathe ou non, le meurtrier s’était livré à une mise en scène.

Par une nuit pluvieuse d’octobre, la fille d’un pêcheur de crabe disparaît derrière un bar de Cap-aux-Meules. Dans cet univers venteux et clos, le sergent André Surprenant cherche à percer les secrets des insulaires. Ses méthodes peu orthodoxes l’amèneront à des conclusions imprévues.

Montréal, Éditions de la courte échelle, 2003 et 2009, 303 pages.

Prix France-Québec Philippe-Rossillon 2004, Prix Arthur-Ellis 2004.

EXTRAIT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :