«Le mauvais côté des choses»: nouvelle recension

1 juillet 2015

Venise Landry, dans son blogue Le Passe Mot, écrit ceci à propos du dernier Surprenant.


Une fiche pédagogique pour «Le trésor de Brion»

18 juin 2015

Les éditions Québec Amérique ont préparé une nouvelle fiche pédagogique pour Le trésor de Brion.

Paru en 1995, réimprimé à de multiples occasions, muni d’une nouvelle couverture depuis quelques années, réédité l’an dernier, ce roman d’aventures dont l’action se situe aux Îles-de-la-Madeleine est à l’étude dans plusieurs écoles secondaires du Québec.

Gagnant des prix Christie et Brive-Québec lors de sa sortie, Le trésor de Brion – mon préféré parmi mes livres (Chut!) – tient la mer.

La fiche pédagogique est disponible sur la page suivante.


Aux Printemps meurtriers de Knowlton

11 mai 2015

C’est ce week-end, du 15 au 17 mai, qu’aura lieu la quatrième édition des Printemps meurtriers de Knowlton.

J’aurai le plaisir d’y côtoyer une foule de maîtres du polar, sans compter les visiteurs qui sont chaque année plus nombreux.

Au plaisir de vous y voir!

 


Au salon du livre de Québec

6 avril 2015

Je serai au salon du livre de Québec cette semaine.

Mercredi 12h00 – Entrevue à CKRL 89,1 avec Barbel Reinke
Jeudi 9 avril : 18h30 à 19h30 – stand QA 161
Vendredi 10 avril : 17h30 à 18h30- stand QA 161
Samedi 11 avril :15h30 – Rencontre d’auteur, Scène Radio-Canada
16h30 à 17h30 – stand QA 161
Dimanche 12 avril : 15h à 16h – stand QA 161

Au plaisir de vous voir.


Jeux de mains, jeux de vilains

29 mars 2015
(Cette critique de Norbert Spehner est parue dans La Presse+ le 29 mars 2015)

LE MAUVAIS CÔTÉ DES CHOSES, DE JEAN LEMIEUX

« Trois branches d’amélanchier… Comment peut-on s’associer à un arbre ? Le roman de Ferron avait paru quarante ans auparavant. Lui-même l’avait lu au collège. Sa fille Maude l’avait étudié à l’université. Il conclut que dans le contexte québécois, le tueur faisait probablement référence au livre plutôt qu’à l’arbre. Ou plus probablement à une personne associée à ce livre.

Dans La Presse, le meurtre de la veille était signalé en page 12 par un entrefilet, en des termes généraux, sans même que le nom de la victime soit mentionné. Deschamps se réservait peut-être le choix de le commenter le lendemain. »

JEUX DE MAINS, JEUX DE VILAINS

Le mauvais côté des choses Jean Lemieux Québec Amérique, 376 pages 4 étoiles

Le mauvais côté des choses, de Jean Lemieux, est la quatrième enquête d’André Surprenant, ce flic sympathique rapatrié des Îles-de-la-Madeleine pour intégrer les rangs de l’escouade des crimes majeurs du Service de police de Montréal. D’emblée, il doit travailler sur une affaire d’une rare complexité : un restaurateur de la Petite Italie a été abattu alors qu’il quittait sa pizzeria. Son cadavre a été amputé de la main droite. S’agit-il de l’œuvre d’un psychopathe ou d’un règlement de compte mafieux avec signature ? Surprenant découvre que les ramifications de l’enquête semblent s’étendre à sa propre histoire familiale, notamment à la disparition de son père dont la présence est de nouveau signalée à Los Angeles. Avec une enquête menée avec brio, un protagoniste attachant dont on découvre la personnalité et l’histoire familiale, un rythme soutenu et une écriture subtile et efficace, ce polar (hommage à l’écrivain Jacques Ferron) est le meilleur de cette série remarquable.


Au salon du livre de Trois-Rivières

29 mars 2015

Je serai cet après-midi au salon du livre de Trois-Rivières, de 13h00 à 14h30.


Causerie-séance de signature à la librairie Vaugeois samedi le 28 mars

26 mars 2015

Je serai à la librairie Vaugeois, 1300 avenue Maguire, samedi le 28 mars, de 11h00 à 13h00 pour une causerie-séance de signature autour du dernier Surprenant, Le Mauvais Côté des choses.

La première partie se tiendra au Grain de café, café adjacent, et consistera en un échange avec Marie-Hélène Vaugeois. Pendant la deuxième, je serai à la librairie.
Météo: ensoleillé avec passages nuageux.

Séance de signature samedi le 21 mars à Saint-Jean-sur-Richelieu

17 mars 2015

J’aurai le plaisir de rencontrer mes lecteurs de la région de Saint-Jean-sur-Richelieu à la librairie Moderne, 1001 boul. du Séminaire Nord, samedi le 21 mars dès 13 heures.

André Surprenant ayant renoué avec ses racines familiales dans Le Mauvais Côté des choses, c’est avec plaisir que je retournerai au pays de mon enfance et de mon adolescence.


Dans «Polar, noir et blanc»

11 mars 2015

Une excellente recension de Florence Meney.

 

 


Surprenant enquête sur un tueur en série

9 mars 2015

(reproduction d’un article de Marie-France Bornais paru dans le Journal de Montréal et le Journal de Québec le 7 mars 2015)

 

Dans la quatrième enquête du sergent Surprenant, nouvellement arrivé au sein de l’escouade des crimes majeurs du Service de police de la ville de Montréal (SPVM), le talentueux Jean Lemieux examine le cas d’un tueur en série qui sévit à Montréal et signe ses meurtres avec une branche d’amélanchier.

Un soir d’automne, un restaurateur de la Petite Italie est abattu lorsqu’il quitte sa pizzeria. Son cadavre a été amputé de la main droite. Est-ce l’œuvre d’un psychopathe — l’«Amputeur des ruelles» —ou un règlement de comptes lié à la mafia sicilienne?

Surprenant tente de démêler l’écheveau de cette enquête, dont les ramifications semblent s’étendre à sa propre histoire familiale. Qui était son oncle Roger? Pourquoi son père, dont la présence est signalée à Los Angeles, a-t-il disparu du Québec en octobre 1970?

Jean Lemieux, un écrivain à la plume superbe et un conteur hors pair, tient le lecteur bien accroché. «C’est un livre important parce que c’est un peu la clef de voûte des trois premiers», précise-t-il en entrevue. «C’est une série. Il y a une suite temporelle qui est précise. Toute la question de l’origine de Surprenant, de son père disparu, s’approfondissait de roman en roman. C’était le temps d’aller plus loin.»

Le sergent Surprenant revient à Montréal, où il a étudié. «Ça apporte une autre dimension: ça me permettait de le mettre dans la position d’un outsider, un gars de la Sûreté du Québec qui est transféré au SPVM, on ne sait pas trop comment.»

Jean Lemieux dit qu’il a écrit Le mauvais côté des choses relativement vite, avec beaucoup de plaisir, mais qu’il avait bien des défis à relever. «C’est une intrigue policière complexe, entremêlée avec une situation familiale complexe. Je voulais faire intervenir la famille autour pour montrer l’univers de Surprenant. C’était le pari de ce livre.»

Dans ce roman, Jean Lemieux fait une petite incursion dans l’univers de la mafia montréalaise. «C’est un univers qui m’a toujours fasciné. Ça peut faire un peu cliché, mais, dans la réalité, je suis sûr que ça existe encore. C’est pas New York en 1950, mais c’est une réalité de cette espèce de criminalité organisée, familiale, avec des codes, qui existe toujours. J’ai commencé à écrire le livre avant la commission Charbonneau, mais je me suis aperçu que j’étais dedans!»

Les retours en arrière dans les années 70 sont intéressants. «Ce que je raconte à propos des frères Rose et du ministre Laporte et de la mafia, c’est vrai. J’avais situé la disparition du père en octobre 1970; ça m’a servi.»

Il fait aussi référence à Jacques Ferron et à son livre L’amélanchier. «C’est un livre de référence en littérature québécoise. Il y a aussi toute la thématique de Ferron avec octobre 70. Les thèmes étaient liés. J’ai relu le roman et je trouvais qu’il y avait du stock. C’est là que j’ai eu l’idée du bon et du mauvais côté des choses. La thématique du livre, je l’ai utilisée. J’ai cité des passages. Surprenant lit ça, et ça crée une espèce d’ambiance symbolique.»

Avec cet écrivain qui est aussi médecin, toute la question médicale est impeccable. «Je suis même allé à l’institut médico-légal à Montréal. J’ai vu les lieux, les endroits où ils font les expertises avec les armes, les salles d’autopsie. Ça donne une idée d’une partie du travail de policier et ça donne la réalité de la mort et du cadavre au lecteur. En réalité, ces gens font des choses bien plus sophistiquées que ce que je dis. C’est une science très avancée.»

Jean Lemieux est médecin. Il a écrit de nombreux romans pour les jeunes et les adultes.

On finit toujours par payer a été porté à l’écran.

Le mort du chemin des Arsène a été récompensé du prix Arthur-Ellis et du prix du Salon international du livre de Québec.