Quand le coup de foudre revient

(Reproduit plus bas, l’intégral de l’article que Marie-France Bornais consacre à Prague sans toi dans Le journal de Québec d’aujourd’hui.)

Pour son 14e roman, le médecin Jean Lemieux offre à ses lecteurs une délicieuse histoire d’amour où la combativité d’un homme amoureux, la fragilité des liens affectifs, la musique et l’une des plus belles villes du monde sont entrelacées: Prague sans toi.

Au cours des dernières années, Jean Lemieux a écrit trois polars de suite qui mettaient en scène le même personnage, mais avait écrit auparavant des romans pour adultes et des romans pour la jeunesse.

«Mon dernier, L’homme du jeudi, était un roman assez sombre et j’avais envie d’écrire quelque chose de plus léger dans le ton, avec une construction moins structurée. Je fais de la pratique générale en médecine… et en écriture aussi!» commente-t-il en entrevue.

En mêlant sa passion pour la musique avec celle du voyage, Jean Lemieux a donc imaginé l’histoire de Patrick Robillard, un étudiant en littérature qui tombe amoureux fou d’Eva, à Prague, et fera l’impossible pour la conquérir. Onze années plus tard, après deux enfants et un roman, leur couple traverse une période difficile et la reconquête s’impose.

Proche de lui

L’écrivain considère que Patrick est proche de lui. «C’est un littéraire. C’est un écrivain. Mais Prague sans toi, c’est l’univers familial. C’est un roman qui parle beaucoup de la famille, du couple, de la relation avec le père. Patrick, c’est un homme qui a découvert sa vocation dans la paternité: il est fou de ses enfants, à tel point que ça met quasiment son couple en péril. J’ai des enfants moi-même et c’était un peu explorer la sphère familiale, mais pas dans le cadre du premier amour. Plutôt la vie familiale après 10 ou 12 ans, avec de jeunes enfants, des gens qui ont des carrières.»

Prague l’a beaucoup inspiré. «La première fois où j’y suis allé, j’ai erré dans la ville pendant une semaine. Les rues sont toutes entrecroisées dans le centre-ville et il y a une atmosphère particulière. C’est aussi une ville musicale. J’ai eu envie d’écrire quelque chose qui se passait là.»

Jean Lemieux a aussi une longue histoire avec Mozart, qui apparaît dans plusieurs de ses livres. «C’est mon musicien fétiche. Sa vie m’a toujours fasciné. Mozart et Prague, ça va un peu ensemble. Il a vécu là. J’ai imaginé cette histoire avec une musicienne et un Québécois littéraire, quand leur couple bat de l’aile.»

Comme un opéra

Il a écrit le roman en deux actes, un peu comme un opéra. «Il y a une certaine enflure de l’émotion, des scènes quasiment loufoques, d’autres où c’est très émotif. Le héros se met les pieds dans les plats. Il y a des triangles amoureux. Le mouvement est rapide. J’ai tout mis ça ensemble et je me suis beaucoup amusé. Ça a été un grand bonheur d’écriture. Je voulais faire un livre ensoleillé, lumineux, mais où, comme dans la musique de Mozart, on aborde des choses graves comme des drames.»

La question de la reconquête est bien présente. «Je m’aperçois que j’ai posé une question assez difficile à résoudre: qu’est-ce qu’on fait, dans un couple, quand on a l’impression que ça achève et que ça va mal? Tous les couples qui durent passent par ces périodes et, parfois, c’est plus difficile. Comment survivre à l’usure du couple? Aux tensions des carrières qui sont divergentes? À la routine? J’ai abordé ces questions d’une façon assez légère.»

A-t-il trouvé des solutions? «On en cherche tous! Il n’y a pas de solution magique. Il ne faut pas avoir peur d’oser, de dire les choses et de foncer. Il y a moins de danger là que dans les choses qui sont tues.»

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :