Une vie avec Hemingway – 1 – L’adieu aux armes

L’été de mes quinze ans, j’ai découvert, entre autres choses, les grands romans.

Depuis l’enfance, je dévorais des livres de toutes sortes, romans d’aventure, policiers, biographies de musiciens, histoires de guerre, sans entrer en contact direct avec ce qui constituait le corpus des «auteurs de référence», les Russes, Tchekhov, Dostoievski, Tolstoi, les Américains, ceux de la «génération perdue» plus Steinbeck et Faulkner, et surtout les Français, de Ronsard aux Existentialistes en passant par les Lumières, les feuilletonnistes du XIXe, Gide et Saint-Exupéry.

De ces passages obligés, les auteurs québécois, encore «canadiens», formaient la portion congrue, tolérée, Laure Conan, Ringuet, Gabrielle Roy, Hubert Aquin, Victor-Lévy Beaulieu, Anne Hébert et, immanquable dans la mêlée, ce personnage, le docteur Ferron.

Cet été 69, marqué par la séparation des Beatles et le festival de Woodstock, je me procurai, coup sur coup, à l’aide d’une allocation spéciale de mes parents, qui ne me refusaient rien quand il s’agissait de livres, La Chartreuse de Parme, de Stendhal, et L’adieu aux armes, d’Ernest Hemingway. Du premier auteur, je reparlerai certainement un jour. Les deux romans, lus en quelques jours, l’un à la suite de l’autre, m’ont troublé. Je quittais, en même temps que la prime adolescence, l’univers de la littérature de genre pour pénétrer dans un autre monde, où les livres étaient plus dérangeants que divertissants.

L’adieu aux armes, l’histoire d’amour d’un jeune Américain engagé comme ambulancier sur le front italien pendant la Première Guerre et d’une infirmière britannique, demeure à ce jour un de mes romans préférés. Je l’ai lu quatre ou cinq fois, en anglais ou en français. S’y mêlent tous les ingrédients de la fiction romantique: la guerre, la mort, l’amour entre deux jeunes gens de nationalités différentes, en plus de cet élément essentiel, le ton, la signature Hemingway.

De cette première lecture est née ma fascination pour l’auteur, qui dure depuis 44 ans. Il n’est pas exagéré d’avancer qu’Ernest Hemingway, aujourd’hui hors de vogue, a marqué un demi-siècle de littérature américaine ou mondiale. Sa prose incisive, dénudée, répétitive, allusive a servi de modèle à des générations d’écrivains. Ses romans, encore plus ses nouvelles, reposent sur une structure arachnéenne. Est plus important ce qui est tu que ce qui est dit, ce qui arrive que ce qui est décrit. Il est l’inventeur de la célèbre théorie de l’iceberg, dont à peine 10% émerge de la surface. Le lecteur doit sentir l’iceberg sans qu’on lui montre.

Ma fascination pour Hemingway est d’autant plus prenante que sa notoriété repose sur un double paradoxe:

1) l’homme est aussi imbuvable que l’écrivain est important.

2) la qualité de sa production a décliné, plus ou moins brutalement selon les analystes, dès qu’il a atteint la trentaine. Il allait vivre, célébre, à Key West, à Cuba, en Idaho, sans compter les voyages en Afrique et en Europe, jusqu’à 61 ans, âge auquel il a imité son père en se tirant une balle dans la tête.

Hemingway, alcoolique, violent, narcissique, s’est marié quatre fois, le plus souvent après des épisodes de double vie plus ou moins déclarés. Il était mythomane, rancunier, peut-être bipolaire selon l’étiquette actuelle. Il a trahi ses conjointes, ses mentors, ses amis, et a terminé sa vie dans une triste paranoïa. Blessé pendant la première guerre, il souffrait probablement de syndrome de stress post-traumatique, avait bu tout sa vie de façon extravagante, avait subi plusieurs commotions cérébrales, et avait embarrassé l’armée américaine en s’improvisant officier lors de la libération de Paris.

D’abord journaliste, cet homme, qui se levait chaque matin pour travailler debout à un écritoire, posément, obstinément, un peu comme Flaubert, avait écrit, parmi des romans parfois ordinaires, de grands livres, Le soleil se lève aussi, L’Adieu aux armes, déjà cité, Le vieil homme et la mer, et cette dernière merveille, Paris est une fête, en plus des nouvelles, qui sont probablement ce qu’il a réussi de mieux.

Cet homme difficile, insupportable, conservateur, était aussi fragile, sujet aux cauchemars. Ce géant, au physique comme au moral, ne pouvait dormir dans le noir.

De ma fréquentation avec l’oeuvre est venue ma fascination pour l’homme et sa légende. J’ai lu de multiples biographies, relu ses livres les plus achevés, cherché à comprendre comment ça marchait. Aussi, comment cet homme issu de la bourgeoisie du Mid-West était-il devenu la première véritable star littéraire américaine?

Avec le temps, sa notoriété s’étiole. Il est maintenant un auteur de la première moitié du vingtième siècle, qui doit autant sa réputation à ses excès qu’à son oeuvre. A posteriori, sa vie de débutant fauché à Paris, ses parties de pêche à Cuba, ses safaris en Afrique, son rôle de correspondant de guerre, font partie d’un univers révolu, romantique, hollywoodien.

Ses enfants, ses petit-enfants, différents amis, sa dernière épouse ont écrit des livres relatant leur vie avec Papa, cet intéressant avatar d’Hemingway. Aucun de ces livres n’approche, par la charge émotionnelle, la justesse du portrait psychologique, la fidélité aux faits, le roman de Paula McLean, The Paris wife, traduit en français sous le titre Madame Hemingway.

One Response to Une vie avec Hemingway – 1 – L’adieu aux armes

  1. Viviane Paiement dit :

    Rien de tel que de se faire présenter un auteur par un lecteur passionné qui connaît son « sujet » pour donner le goût de le découvrir ou de le redécouvrir. Merci Richard pour le lien!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :