Ce matin à Cap-aux-Meules

C’étaient pas des anges non plus

L’Évangile, ils l’avaient pas lu

Mais ils s’aimaient tout’s voil’s dehors

Tout’s voil’s dehors

Pendant que l’ami Brassens berce de ses octosyllabes le bistro des Pas Perdus, j’observe, par les fenêtres où traînent quelques gouttes de la pluie de la nuit, le cap-aux-Meules. Il fait un temps doux aux Iles, qunze beaux degrés celsius, un petit vent du sud, cette lumière oblique d’automne qui donne des tons chauds aux buttes.

Je suis de retour dans la bulle.

Le temps perd ses contours et ses aspérités.

Ça me rappelle mon dialogue préféré dans le dernier roman. Gilbert Poulin, technicien de scène, déclare:

«- Moi, j’ai résolu le problème. Je ne suis personne. C’est merveilleux.»

Publicités

One Response to Ce matin à Cap-aux-Meules

  1. zobacz dit :

    Przedstawiony pogląd nieco różni się od mojego zdania na ten temat, ale dziękuję za artykuł

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :