Le mort du chemin des Arsène

Alors qu’il s’apprête à quitter son poste aux Îles-de-la-Madeleine, le sergent-détective André Surprenant doit mener une dernière enquête. Le cadavre d’un homme a été retrouvé dans sa maison de L’Étang-du-Nord. Une carabine est posée sur ses jambes, les portes sont verrouillées ; tout porte à croire qu’il s’est suicidé. Mais pourquoi Romain Leblanc, musicien au sommet de sa gloire, grand tombeur de femmes, riche propriétaire depuis un récent héritage, se serait-il enlevé la vie ?

Surprenant est sceptique. Plongé en pleine tourmente dans sa vie personnelle, il tente de comprendre ce Romain Leblanc à qui tout semblait sourire. Quels fantômes ses recherches feront-elles resurgir du passé ? Au fil de son enquête, André Surprenant découvre peu à peu que dans cet archipel isolé, battu par les vagues et le vent, chaque secret en cache un autre…

Ce que l’auteur dit de son roman

Le mort du chemin des Arsène est un roman policier centré sur le meurtre de Romain Leblanc, un virtuose du violon des Îles-de-la-Madeleine. Au-delà de l’élucidation du crime, le livre raconte le parcours du sergent-détective Surprenant, qui s’apprête à quitter l’archipel moins d’un an après les événements relatés dans On finit toujours par payer. Le roman est campé dans l’univers de la musique traditionnelle et de la chanson. La musique, au sens large, est au cœur de l’intrigue, tant par la place qu’elle occupe dans la vie des principaux protagonistes que dans celle de Surprenant. Sur le plan social, le roman se situe à l’interface de deux sociétés, les Madelinots « de souche » et les gens d’en dehors.

Par rapport à la première enquête de Surprenant, la narration est plus ambitieuse et fait appel à plusieurs points de vue. J’ai voulu plonger plus avant dans la psychologie des personnages. J’ai abordé des thèmes très personnels, les relations familiales, les ressorts de la création artistique, l’ironie du destin, la solitude devant la mort. Même si le roman policier est, par essence, un genre dramatique, j’ai voulu faire de ce roman un livre agréable, ludique, semé de scènes où éclatent l’humour et la joie de vivre des insulaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :