Le dernier Brunetti: l’homme de la lagune

«Earthly remains», le dernier roman de Donna Leon, nous présente un Guido Brunetti quelque peu différent, plus introspectif. Sans parler d’une rupture avec les livres précédents, ce polar nous entraîne dans une intrigue lente, simple, mais pleine de justesse psychologique.

Le tout débute par une scène dans laquelle Brunetti choisit instinctivement de prendre ses distances avec son travail de policier. Peut-être fatigué, il obtiendra un congé de quelques semaines pendant lesquelles il ira se ressourcer sur l’île de Sant’Erasmo, dans la lagune vénitienne. Là-bas, il se liera d’amitié avec un veuf, gardien de maison et apiculteur à temps partiel, avec qui il partira en canot à rames, plusieurs jours d’affilée, sur la lagune.

Les abeilles meurent, comme partout sur la planète. Le veuf mourra aussi, dans des circonstances troubles. Suicide ou homicide? Brunetti, bien qu’officiellement en congé, tentera d’en savoir plus sur cet homme qui conversait chaque semaine avec son épouse décédée et s’accusait de tous les maux de la terre, aux sens propre et figuré.

Dans ce livre où Paola est moins présente, Brunetti nous apparaît de plus en plus comme un policier philosophe en fin de carrière. Il est à souhaiter que Donna Leon, à près de 75 ans, n’ait pas décidé de prendre ses distances avec son magnifique travail de romancière.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :