Le torero derrière le carré rouge se nomme Jean Charest

La muleta est ce losange de tissu rouge que le toréador présente au taureau pendant la corrida. L’accessoire n’a besoin d’aucune présentation, si ce n’est pour rappeler que ce bout de drap écarlate cache, dans sa partie supérieure, le pico, l’épée avec laquelle le toréador mettra la bête à mort.

Le taureau distingue mal les couleurs. La muleta, depuis deux siècles, a été blanche, jaune ou bleue, avant de se voir adjuger, davantage pour attirer le spectateur que le bovidé, ce rouge que nous lui connaissons.

En ce printemps érable qui cherche son été, nous déambulons dans les rues, nous tapons sur des casseroles, avec – malheureusement – la même absence de stratégie que l’animal expiatoire. Jean Charest est un politicien professionnel qui s’apparente assez au money player traditionnel de la LNH: la saison régulière, lire la gestion de l’État, l’intéresse peu. Par contre, il est maître dans l’art de gagner une élection. Aussi a-t-il, fort habilement, attiré les étudiants et leurs alliés traditionnels de la gauche dans un traquenard. Pendant que la police et les manifestants jouent au chat et à la souris dans les rues, personne ne s’attarde au catastrophique bilan de son administration.

Mieux, par son refus de régler le problème, il crée, de toutes pièces, une crise sociale qui lui permettra, en septembre, avant les croustillantes révélations de la Commission Charbonneau, de se draper, sous-Sarkozy, dans le drapeau de la sécurité publique. L’opposition est divisée. Il se faufilera, comme un compteur naturel, entre les souverainistes et la CAQ, déjouera la gardienne de béton et ira récolter les félicitations au banc, des mains de son entraîneur Paul Desmarais.

Je n’invente rien en faisant ce constat. Il s’étale chaque jour dans les médias, sociaux ou traditionnels. L’Histoire s’écrit, ou se réécrit, sous nos yeux, en temps réel. Qu’on pense aux Plaines, à 1837, à 1970 ou à 1995, le scénario est toujours le même: d’un côté, une action stratégique, mûrement concertée; de l’autre, la division, les hauts cris, l’indécision, la conviction inébranlable de chacune des factions d’être la seule dépositaire de la vérité.

Le point de vue des étudiants est défendable. Il est si juste que le gouvernement du Québec prend, avec notre argent, l’initiative de la contester dans des publicités et dans les journaux. Plus globalement, et c’est là son côté le plus noble, cette contestation de la hausse des frais de scolarité s’inscrit dans une contestation du néo-libéralisme qui est lucide et pertinente. Que chacun prenne la peine de réfléchir au pouvoir des banques, à la déliquescence environnementale, au laisser-faire qui entraîne l’humanité vers la perdition, à l’héritage pourri que laissent derrière eux les baby-boomers: ces jeunes et ces plus vieux, dans les rues, ont cent fois raison de protester.

Malheureusement, il ne suffit pas, en politique, d’avoir raison. Dans les catacombes de l’Histoire, les crânes et les tibias des beautiful losers (pour emprunter l’image de Cohen) sont cordés en rangs d’oignon. Tapons sur des casseroles, marchons la nuit dans les rues, mais, de grâce, souvenons-nous que l’homme derrière le carré rouge, celui qui cache l’épée derrière la muleta, porte le nom de John James Charest.

Pour lui, la tauromachie n’est qu’un passe-temps. Il est aussi premier ministre du Québec et jouit de tous les pouvoirs qui se rattachent à cette fonction. Il serait temps que l’ensemble de ses opposants, ceux qu’ils montent si habilement les uns contre les autres et qui se déchirent sur des virgules, commencent à réfléchir stratégiquement à la manière de le descendre de sa butte.

Sinon, on se souviendra de ce si beau sursaut de lucidité comme du Printemps des Dupes.

Publicités

3 Responses to Le torero derrière le carré rouge se nomme Jean Charest

  1. kar dit :

    Sans vouloir être fataliste voici un extrait de Milan Kundera que m’inspire malheureusement votre « statement » ,que j’appuie sans contredit:
    LE MAÎTRE : Mais dis-moi, où sont nos chevaux ?
    JACQUES : Laissez vos questions stupides, Monsieur.
    LE MAÎTRE : Un tel non-sens ! Comme si un gentilhomme français parcourait la France à pied ! Est-ce que tu connais celui qui s’est permis de nous réécrire ?
    JACQUES : Un imbécile, Monsieur. Mais maintenant que nous sommes réécrits, on n’y peut plus rien.
    LE MAÎTRE : Que périssent tous ceux qui se permettent de réécrire ce qui a été écrit ! Qu’ils soient empalés et brûlés à petit feu ! Qu’ils soient châtrés et qu’on leur coupe les oreilles ! J’ai mal aux pieds.
    JACQUES : Monsieur, ceux qui réécrivent ne sont jamais brûlés et tout le monde les croit.
    LE MAÎTRE : Tu penses que l’on croira celui qui a réécrit notre histoire ? Que l’on ne va pas regarder dans le « texte » pour voir qui nous sommes vraiment ?
    JACQUES : Monsieur, on a réécrit bien d’autres choses que notre histoire. Tout ce qui est jamais advenu en ce bas monde a déjà été réécrit des centaines de fois et personne n’a jamais songé à vérifier ce qui s’était passé en réalité. L’histoire des hommes a été réécrite si souvent que les gens ne savent plus qui ils sont.
    LE MAÎTRE : Tu m’effraies. Alors ces gens-là (montrant le public) vont croire que nous n’avions même pas de chevaux et que nous avons dû parcourir notre histoire comme des va-nu-pieds ?
    JACQUES, montrant le public : Ceux-là ? On peut leur faire croire n’importe quoi !

  2. Nomadesse dit :

    Magnifique texte. Heureusement, le nombre fut suffisant pour que le politicien Charest ne garde pas sa place, même s’il a fort bien manoeuvré. Moi, ce sont les prochaines années qui piquent ma curiosité…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :