Harper et le projet de loi C-11: nous vivons dans une grande noirceur

Faisant fi de l’opposition des créateurs, le gouvernement conservateur de Stephen Harper va de l’avant, ou plutôt de l’arrière, avec le projet de loi C-11, qui restreint la portée du droit d’auteur.

En pratique, la nouvelle loi amputera les revenus, déjà modestes, des écrivains et des autres artistes. Elle facilitera le piratage et la reproduction des œuvres. Elle affaiblira aussi, par la bande, un segment de la population qui a peu d’atomes crochus avec la mouvance conservatrice.

Ce nouveau fait d’armes de Stephen Harper s’inscrit, comme l’ensemble de son bilan comme premier ministre du Canada, dans une guerre idéologique l’opposant à la tradition centriste (ou du centre-gauche) qui a longtemps dominé le paysage politique canadien.

En plus du projet de loi C-11, nous avons affaire à un gouvernement qui:

1) a prorogé le Parlement quand il risquait d’être renversé

2) a aboli le registre des armes à feu, a célébré l’événement sans vergogne et a refusé aux provinces l’accès aux données archivées

3) a coupé considérablement dans le budget de Radio-Canada

4) a transformé le Canada en un état-bandit sur le plan environnemental, suite à son assujettissement au puissant lobby pétrolier de l’ouest

5) a aligné la politique extérieure sur celle des États-Unis

6) soutient l’état d’Israël d’une façon totalement disproportionnée

7) a eu recours à des tactiques de détournement du vote lors des dernières élections, cf le scandale «robo-call»

8) a systématiquement recours à une politique de segmentation de l’électorat (wedge politics), en s’appuyant sur un électorat aveugle et partisan

9) a réintroduit des symboles politiques désuets, par exemple la Reine Elizabeth II

10) pratique une politique de patronage et de favoritisme de façon éhontée, dont les derniers faits d’arme du ministre Christian Paradis ne constituent que la pointe de l’iceberg

11) a complètement coupé les ponts avec la société québécoise et base sa popularité au Canada anglais sur une forme de moins en moins subtile de Quebec bashing

12) a durci la loi contre les jeunes contrevenants en refilant la facture aux provinces

Cette liste n’est pas exhaustive.

Stephen Harper, ce politicien brillant mais dangereux, est mon ennemi. De semaine en semaine, de mois en mois, il transforme une société relativement tolérante, ouverte, en un espace social inamical, paranoïde, revanchard, mesquin, agressif, calqué sur les modèles de la droite américaine, le tout en s’appuyant sur des outils de désinformation et de manipulation politique inédits au Canada.

Ce n’est peut-être pas par hasard que l’organisateur bidon des «robocalls» au Québec s’appelait Pierre Poutine.

En Stephen Harper, nous avons notre propre Poutine.

 

3 Responses to Harper et le projet de loi C-11: nous vivons dans une grande noirceur

  1. Salvagniac dit :

    voilà clairement exposés des reproches à Stephen harper, on comprend mieux l’animosité qu’on ressent envers lui chez les québécois.

  2. Marie-Hélène Rouleau dit :

    Je suis sans mots, tu as tout dit ce que je pense et en bien mieux!

  3. andré duval dit :

    … très bien dit ! N’oublions surtout pas que ce bilan ne porte que sur environ 20% de la durée de son mandat frauduleusement obtenu !
    …. Et comme tous les Néocons le prétendent, Dieu est avec eux !

    Après le bilan des Libéraux, on peut vraiment dire :
    « pauvre Canada »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :